Lubric-à-brac, abécédaire du Q (mais pas que…)

Notre espèce ne brille pas par sa déli­ca­tesse, confite dans l’esprit de sérieux, rem­plie de sa propre impor­tance. Mais lorsque nous ne nous abru­tis­sons pas devant les écrans de la télé­vi­sion et des ordi­na­teurs, nous avons l’oeil qui s’allume à la vue d’une jupe bien courte, de fesses mus­clées, d’un torse vigou­reux ou de seins admi­ra­ble­ment mou­lés dans un pull ou un che­mi­sier. Un sou­rire coquin nous fait cha­vi­rer, ou la pro­messe d’une étreinte… Place à cette huma­ni­té-là! semble dire Patrick Morier-Genoud.

Com­man­der

Au fil de notices où la cocas­se­rie le dis­pute à l’impertinence, on décou­vri­ra que tout lexi­co­graphe devrait par­fois se faire éro­to­mane, que la sexua­li­té est affaire d’orages, de magie, de ver­tiges, mais qu’elle est sur­tout une inépui­sable source de jou­vence et de jeux et peut même débou­cher, entre amants élec­tifs, sur une rela­tion qui libère l’individu au lieu de l’aliéner.

Patrick Morier-Genoud est né en 1958 à Lau­sanne. Il consi­dère la sexua­li­té comme un espace de liber­té en résis­tance aux dik­tats consu­mé­ristes et patriar­caux, aux béni-oui-oui média­tiques, à la morale ordi­naire et à toutes les reli­gions.

Lubric-à-brac, abé­cé­daire du Q (mais pas que…), Patrick Morier-Genoud, Edi­tions Sten­tor.

Com­man­der

Laisser un commentaire