Lambourde

Il y a des mots qui excitent sans le vou­loir, des mots aux­quels on prête un sens qu’ils n’ont pas. C’est d’eux dont parle la rubrique «Les mots éro­gènes». Il y a celles et ceux qui savent en toutes cir­cons­tances ce qui doit être fait, ce qui doit être être dit. Celles et ceux qui veulent nous dic­ter nos conduites et nos pen­sées. Qui confondent tou­jours … Conti­nuer de lire Lam­bourde

Gueule de bois libidineuse, pensées masturbatoires, robots sexuels

«Nous nous amu­sons avec ses mame­lons, cha­touillons son nom­bril, jouons avec ses couilles. Nous par­ta­geons tout de lui. Lui, il ne fait que regar­der vers le pla­fond, les yeux flous, et hale­tant tou­jours un peu», Il faut que je me laisse aller, Péricles, sur le site Reve­bebe Le désir du len­de­main d’hier Trop boire c’est par­fois sym­pa et tou­jours ins­truc­tif, sur­tout après, avec la gueule de … Conti­nuer de lire Gueule de bois libi­di­neuse, pen­sées mas­tur­ba­toires, robots sexuels

Fellation.

Vider son sac

Nous uti­li­sons tous les jours des expres­sions sans connaître leur ori­gine ni même par­fois leurs sens exact. Grâce au Petit Lubric illus­tré, sachons mieux de quoi l’on parle. Vider son sac: à l’origine, cette expres­sion est un terme de tri­bu­nal, explique Claude Dune­ton dans l’indispensable La Puce à l’oreille. Et le sac que l’on vide n’est «ni le cœur ni l’estomac» mais celui dans lequel les … Conti­nuer de lire Vider son sac

Mathématiques sexuelles, expressions d’antan, la bite de Maya l’abeille

«Mon homme est marin et il m’arrive de ne pas le voir pen­dant une longue période. Je m’occupe comme je peux. Je me mas­turbe et je m’accorde par­fois la visite d’un incon­nu à la mai­son pour étan­cher ma libi­do», Aline, 28 ans, région de Nantes, dans le der­nier Union Plus on est de fous, plus on rit  La ques­tion «com­bien avez-vous de rela­tions sexuelles par semaine?» … Conti­nuer de lire Mathé­ma­tiques sexuelles, expres­sions d’antan, la bite de Maya l’abeille

Japon, années 50.

Horloge sexuelle, mystérieux orgasmes, maladresses sémantiques catholiques

«Quand je l’ai prise en mis­sion­naire, j’ai com­plè­te­ment été bluf­fé par son lâcher-prise! Elle hur­lait dans tous les sens et tor­dait son visage dans des gri­maces de bon­heur.» Arnaud, 35 ans, Cer­­gy-Pon­­toise, dans le der­nier Union Le meilleur moment pour bai­ser  Quelle est le bon moment pour avoir une rela­tion sexuelle? Cette ques­tion revient régu­liè­re­ment dans les médias qui, pour la plu­part, par­ti­cipent au non-savoir, … Conti­nuer de lire Hor­loge sexuelle, mys­té­rieux orgasmes, mal­adresses séman­tiques catholiques

Culs par-dessus têtes

C’est Michel Froi­de­vaux qui a trou­vé le titre et Léa Lund qui est à l’origine du pro­jet. «Tu ne vou­drais pas m’écrire des his­toires cochonnes, que je puisse les illus­trer», m’a-t-elle deman­dé il y a quelques années, lors d’une fête chez des copains. J’ai écrit de brèves his­toires, Léa a fait quelques cro­quis. On se voyait de temps en temps, on buvait une bière ou … Conti­nuer de lire Culs par-des­sus têtes

Christa Speck, PMOM du mois de septembre 1961.

La PMOM de septembre 1961

Les PMOM, on a envie de les cro­quer. Sauf que ça ne compte pas comme un des cinq fruits et légumes qu’il faut consom­mer quo­ti­dien­ne­ment. Parce que les PMOM, c’est les «play­mate of the month», ces femmes qui posaient pour le pos­ter cen­tral du maga­zine Play­boy. Vous vous en dou­tez, j’ai beau­coup de res­pect et de recon­nais­sance pour les femmes qui se désha­billent, se montrent nues, nous … Conti­nuer de lire La PMOM de sep­tembre 1961

Dirty Sexy Valley

«Dans la moi­teur d’un été tor­ride, six étu­diants insé­pa­rables décident de célé­brer leur diplôme en s’adonnant à une authen­tique orgie dans une cabane iso­lée à la mon­tagne. Mais quand ils débarquent sur place, prêts pour la fête de leur vie, ils ignorent que dans la pinède habite une famille dégé­né­rée pour qui la per­ver­sion est un art de vivre.» Le texte de la qua­trième page … Conti­nuer de lire Dir­ty Sexy Valley

Calybite

Il y a des mots qui excitent sans le vou­loir, des mots aux­quels on prête un sens qu’ils n’ont pas. C’est d’eux dont parle la rubrique «Les mots éro­gènes». Cela n’a rien à voir avec la déesse Kali – qu’adorent les hin­dous, ni avec le chan­teur – qu’adorent les petits bour­geois de gauche. Pas non plus avec la ville colom­bienne – où l’on trouve de la … Conti­nuer de lire Caly­bite

Patriarcat, pénétration, dans les airs

«J’ai frot­té ma petite chatte encore toute engour­die par l’orgasme contre la sienne, que j’ai trou­vée velue et trem­pée. (…) Nous avons conti­nué une bonne par­tie de la nuit, n’interrompant nos ébats que pour remettre une bûche dans le feu» Marie-Pierre, 40 ans, Bisch­heim, dans le der­nier Union Une étude cré­tine de plus sur la por­no­gra­phie  Ce n’est ni la pre­mière ni la der­nière, mais ce … Conti­nuer de lire Patriar­cat, péné­tra­tion, dans les airs