Pour qui voter?

Les délires politico-érotiques des Schinken Pochon (1)

Pour qui voter?
Chez les Schin­ken Pochon, les avis poli­tiques divergent et cha­cun a son can­di­dat favo­ri pour la pro­chaine élec­tion pré­si­den­tielle française.

Jacques-André Schin­ken est pro­fes­seur d’histoire-géographie, il vote socia­liste, il a 56 ans. Nadège Pochon est psy­cho­logue, elle vote Vert Libé­ral, elle a 55 ans. Ils ont deux enfants, Simon-Pierre, 21 ans, étu­diant en droit, et Prune, 19 ans, artiste.

J’aime beau­coup maman, mais elle a par­fois de drôles d’idées. Nous étions en train de prendre le des­sert, dimanche, quand elle nous a sou­dain deman­dé: «Si vous étiez Fran­çais, pour quel can­di­dat vote­riez-vous?» Papa a sou­ri: «Chic, un débat poli­tique! Quelle mer­veilleuse idée! Moi, je vote pour Benoît Hamon, bien entendu!»

«Tu ne pour­rais pas de temps en temps nous sur­prendre?», a grom­me­lé Prune, comme à son habi­tude à moi­tié nue, à peine sor­tie du lit, nous ayant rejoint au milieu du repas en pro­tes­tant qu’il y avait encore de la viande alors que tout le monde sait qu’elle est vegan. «Ton mer­dique petit socia­liste n’a de toute manière aucune chance d’être pré­sent au second tour…»

Lesbienne, 69, cunnilingus
Bien que végan, Prune aime par­fois dégus­ter la chatte d’une copine.

Papa a sou­ri – il sou­rit beau­coup depuis qu’il prend des anxio­ly­tiques: «C’est bien ma fille, tu as des opi­nions tran­chées.» Maman s’est fâchée: «Prune, on ne parle pas comme ça, même des socia­listes. Et puisque tu es si maline, dis-nous quel est ton can­di­dat pré­fé­ré – et remonte la bre­telle de ton top, on voit ton sein gauche!»

«Ma pré­fé­rée, c’est Marine Lepen, a crié Prune – elle crie tout le temps depuis qu’elle ne prend plus d’anxiolytiques. Elle va virer toute la racaille bou­gnoule, cette bande d’égorgeurs de mou­tons. Et puis, c’est la plus ban­dante…» Je le savais, ça allait mal tour­ner. Maman a giflé Prune et lui a inti­mé de mon­ter dans sa chambre sans finir son des­sert. «Je m’en fout, a hur­lé ma sœur. Je vais me mas­tur­ber en ima­gi­nant que c’est la langue de Marine qui me titille le cli­to et son doigt qui me ramone l’anus…»

Maman a ava­lé deux anxio­ly­tiques d’un coup, a dit qu’elle allait faire une sieste et que si per­sonne n’y voyait d’inconvénient, elle allait rêver qu’Emmanuel Macron venait  l’enlever au volant d’une Porsche 911 cabrio­let déca­po­table. Et qu’elle nous lais­sait débar­ras­ser la table.

Fantasme
Nadège rêve qu’elle a 20 ans et qu’un jeune homme propre sur lui demande sa main. Las, elle doit se conten­ter de Jacques-André…

«Benoît Hamon n’est peut-être pas très sexy, a dit papa en sou­riant un peu moins qu’au début du repas, mais il repré­sente nos valeurs. C’est grâce à des gens comme lui que l’injustice sera vain­cue et que les petits-bour­geois pour­ront consom­mer en paix, sans avoir à culpa­bi­li­ser parce que les mar­chan­dises sont pro­duites par des gens exploités…»

Bateaux et petits-bourgeois
En bon social-démo­crate, Jacques-André Schin­ken Pochon rêve que les petits-bour­geois puissent pro­fi­ter de la vie sans avoir à culpa­bi­li­ser au sujet des opprimés.

Il s’est levé de table et lui aus­si est par­ti, me lais­sant seul avec la vais­selle. Quelle famille! Ma sœur est une gouine d’extrême droite, ma mère fan­tasme sur un géron­to­phile au ser­vice de la finance inter­na­tio­nale (est-il Juif?) et mon père est idéo­lo­gi­que­ment dépres­sif. Heu­reu­se­ment que je ne lui ai pas confié les rêves qui m’habitent: je suis dégui­sé en pauvre, à quatre pattes, cul nu, et Fran­çois Fillon, tout habillé de cuir, me fouette les fesses avant de me sodo­mi­ser bru­ta­le­ment, tan­dis que je gémis: «Oh oui, Maître Fion, enfon­cez bien votre gros bul­le­tin dans mon urne!»

Tom of Finland
Simon-Pierre a des fan­tasmes homo­sexuels plu­tôt BDSM.
(Le des­sin est du génial Tom of Fin­land)

Laisser un commentaire