Devoir conjugal

cheval1

La vie sexuelle de nos amies les bêtes est tou­jours pleine d’enseignements à ne pas négli­ger.

Vous savez tous que l’hybride de l’âne et de la jument s’appelle le mulet. Mais savez-vous que l’accouplement entre le bau­det et la jument n’est pas vrai­ment une par­tie de plai­sir? Dans Nou­veau régime pour les haras ou Expo­sé des moyens propres à pro­pa­ger & à amé­lio­rer les races des che­vaux, Esprit-Paul de Lafont-Pou­lo­ti écrit, en 1787: «L’âne refuse natu­rel­le­ment de saillir la jument, & pour l’y déter­mi­ner, on a soin de lui pré­sen­ter une ânesse en cha­leur, à laquelle on sub­sti­tue ensuite la jument.» En 1801, dans Ins­truc­tion sur l’amélioration des che­vaux en France, Jean-Bap­tiste Huzard, lui, explique: «Il est quel­que­fois néces­saire de mettre des lunettes à la jument, pour qu’elle ne voie pas l’âne-étalon, qu’elle refuse opi­niâ­tre­ment.»

Pauvre bau­det, qui bande pour une belle ânesse mais finit par saillir une jument qu’il ne désire pas. Pauvre jument, à qui on doit ban­der les yeux pour qu’elle ima­gine qu’à la place d’un âne, c’est un fou­gueux éta­lon qui la monte.

De l’évolution des espèces
Chez Sapiens, ce n’est pas tou­jours mieux: on appelle ça le devoir conju­gal. Mon­sieur rêve à la brune figue juteuse de Moni­ca Bel­luc­ci, madame au goû­teux et déli­cat man­drin de John­ny Depp, pour fina­le­ment s’emboîter l’un l’autre, s’agiter méca­ni­que­ment, flac-flac, arro­ser l’aride non-désir qui les réunit d’un peu de fluide cor­po­rel et pas­ser à la salle de bain pour bien remettre tout propre en ordre.

Vous trou­vez ça un peu triste? Moi aus­si. Pour retrou­ver le sou­rire, il suf­fit de se dire que si l’âne et la jument sont ain­si frus­trés, c’est parce qu’ils vivent en cap­ti­vi­té, ont été domes­ti­qués. Et qu’il n’est pas obli­ga­toire, pour vous et moi, d’en faire de même. Bron­co des plaines sau­vages ou mule har­na­chée et abru­tie par la pro­messe du sac d’avoine que son maître va lui don­ner, à cha­cun de choi­sir son camp. Elle est pas belle la vie?

Le désir est souvent bridé par le devoir conjugal...
Le désir est sou­vent bri­dé par le devoir conju­gal…
... Il se sent mieux en liberté.
… Il se sent mieux en liber­té.