A cheval sur

Etre à cheval sur…

Nous uti­li­sons tous les jours des expres­sions sans connaître leur ori­gine ni même par­fois leurs sens exact. Grâce au Petit Lubric illus­tré, sachons mieux de quoi l’on parle.

Citée pour la pre­mière fois dans l’édition de 1832 du Dic­tion­naire de l’Académie Fran­çaise, cette expres­sion signi­fie «faire preuve d’exigence, de fer­me­té». Son ori­gine se trouve dans le monde équestre. «Dans des écoles comme le Cadre Noir de Sau­mur, où les che­vaux mon­tés doivent apprendre à faire dif­fé­rents sauts, l’écuyer, n’utilisant pas d’étriers, doit être aus­si fer­me­ment “atta­ché” à son che­val que d’autres le sont à la qua­li­té de l’orthographe ou au res­pect des prin­cipes», explique le site Expres­sio.

Illus­trons l’expression

A cheval sur
Cathe­rine- Isa­belle Junod Niere est très à che­val sur les prin­cipes. Sur son mari aus­si, parfois.

Cathe­rine-Isa­belle Junod Niere attache beau­coup d’importance à la ponc­tua­li­té. Same­di, elle et son mari étaient invi­tés à man­ger chez leurs voi­sins, Nadège et Jacques-André Schin­ken Pochon. En allant ache­ter du vin, Hans-Mar­tin (son mari, donc) a ren­con­tré un cama­rade de régi­ment qui l’a invi­té à prendre un apé­ri­tif. Il n’est ren­tré qu’à 18h45 à la mai­son, alors que Cathe­rine-Isa­belle lui avait bien pré­ci­sé qu’il devait être là à 18h30 pour avoir le temps de lui faire un cun­ni­lin­gus qui la détende avant l’ennuyeuse soi­rée. «Puisque c’est comme ça, tu m’amèneras chez les Schin­ken Pochon sur ton dos!, a-t-elle exi­gé. Et tu res­te­ras toute la soi­rée atta­ché devant la porte!» «Mazette, s’est dit Hans-Mar­tin. Voi­là une façon bien cava­lière de me traiter…»