La mélodie des sexes

musique1

La vie sexuelle de nos amies les bêtes est tou­jours pleine d’enseignements à ne pas négli­ger.

Il y a dans la nature toutes sortes de sexes. Des formes et des cou­leurs dif­fé­rentes, des grands et des petits, des poin­tus, des pro­fonds, des bouf­fis, des poi­lus, des gluants, des sucrés, des salés… Mais ils ont géné­ra­le­ment tous la même fonc­tion: per­pé­tuer l’espèce (et lui don­ner du plai­sir, chez cer­taines). Pour Ceche­ne­na lineo­sa, The­re­tra bois­du­va­lii ou encore The­re­tra nes­sus, le sexe sert aus­si d’alarme sonore. Ces papillons malais font du bruit avec leur sexe lorsqu’ils sont atta­qués par des chauves-sou­ris. Les scien­ti­fiques ne com­prennent pas encore très bien com­ment ça fonc­tionne, ni si c’est effi­cace, mais sur le site du Nou­vel Obser­va­teur, vous pou­vez aller voir et écou­ter un sexe mâle et un sexe femelle stri­du­ler.

Un theretra boisduvalli.
Un the­re­tra bois­du­val­li.

De l’évolution des espèces
En 1975, sor­tait sur les écrans l’amusant Le sexe qui parle, film por­no­gra­phique fran­çais réa­li­sé par Claude Mulot. Mis à part ça, chez Sapiens, le sexe se contente de faire par­fois un peu de bruit (essen­tiel­le­ment celui des femmes, et de manière incon­trô­lée). Pour­tant, si nos par­ties géni­tales se mani­fes­taient autre­ment qu’en chan­geant de forme ou en aug­men­tant leur taux d’humidité, cela pour­rait faci­li­ter les ren­contres. Il suf­fi­rait d’un petit tin­tin­na­bu­le­ment, dis­cret, agréable, sub­til et mélo­dieux, auquel répon­drait, de la même manière, le sexe convoi­té. Alors, les por­teurs de ces sexes ─ vous et moi ─ sau­raient qu’il est temps de pas­ser à autre chose qu’à des échanges de regards et du pau­moyage.

Vous ima­gi­nez quel monde mer­veilleux ce serait? Le chant des oiseaux, celui des grillons, le tin­te­ment des gla­çons dans les verres, le bruit des feuillages qui s’agitent dans le vent, et la musique des sexes qui s’appellent. Rhââ Love­ly!

Il pourrait y avoir différentes mélodies en fonction des individus...
Il pour­rait y avoir dif­fé­rentes mélo­dies en fonc­tion des indi­vi­dus…
... Comme il y a différents instruments de musique.
… Comme il y a dif­fé­rents ins­tru­ments de musique.
Et plutôt que d'écouter la radio, on se laisserait charmer par les mélodies diffusées par les sexes.
Et plu­tôt que d’écouter la radio, on se lais­se­rait char­mer par les mélo­dies dif­fu­sées par les sexes.