Mourir d’abstinence

Quand elle n'est pas prise par le furet, la furette est prise de convulsions.
Quand elle n’est pas prise par le furet, la furette est prise de convul­sions.

La vie sexuelle de nos amies les bêtes est tou­jours pleine d’enseignements à ne pas négli­ger.

«Non, j’ai mal à la tête; j’ai mes règles; je ne me suis pas épi­lée les jambes/sous les bras/la vulve; tu as trop bu; com­mence par quit­ter ta femme; je n’ai pas pris ma douche; je dois aller à mon cours de yoga; je ne t’aime plus…» Les rai­sons pour les­quelles les femmes se refusent à nous sont mul­tiples et variées.
La furette, elle, ne peut pas se per­mettre de faire la mijau­rée. Quand com­mence l’époque de ses cha­leurs, elle doit abso­lu­ment trou­ver un mâle qui la saille. Sinon, elle souf­fri­ra d’hyper­œs­tro­gé­nisme et fini­ra par en mou­rir.

De l’évolution des espèces

Bien sûr, il n’est pas sou­hai­table que les femelles sapiens ne s’accouplant pas en meurent. Peut-être pour­rions-nous juste espé­rer que celles qui refusent de le faire pour de mau­vaises rai­sons se retrouvent cou­vertes de puantes pus­tules puru­lentes. Sauf qu’il faut s’entendre sur ce que sont de mau­vaises rai­sons. Le mal de tête passe par­fois quand on chose, le sang des mens­trues apporte une jolie touche de cou­leur et une varia­tion aro­ma­tique inté­res­sante, les poils sont exci­tants et sou­lignent tant le goût que l’odeur, l’alcool dés­in­hibe et rend bien cochon, la maî­tresse est sou­vent mieux hono­rée que l’épouse, les odeurs sont enivrantes, le yoga n’est que meilleur avec un peu de sperme dans le vagin (ou dans l’anus ou la gorge), l’amour n’est pas essen­tiel au plai­sir sexuel…

- Non, Marc-André, il n'en est pas question. Je ne suis ni coiffée ni maquillée... - Même si je te prends en levrette?
- Non, Marc-André, il n’en est pas ques­tion. Je ne suis ni coif­fée ni maquillée…
- Même si je te prends en levrette?
- Etienne, tu pourras me pénétrer lorsque tu auras tondu le gazon, débouché l'écoulement, fais les courses et le repassage, vidangé la voiture et fais répéter leurs devoirs aux enfants. Mais sans éjaculer, car je vais chez le gynéco demain matin.
- Etienne, tu pour­ras me péné­trer lorsque tu auras ton­du le gazon, débou­ché l’écoulement, fais les courses et le repas­sage, vidan­gé la voi­ture et fais répé­ter leurs devoirs aux enfants. Mais sans éja­cu­ler, car je vais chez le gyné­co demain matin.

Par contre, il y a de bonnes rai­sons pour refu­ser l’acte: l’absence d’envie notam­ment, celle de désir, aus­si. Ça, c’est rédhi­bi­toire, pour les femmes comme pour les hommes. Mais il faut savoir que lorsqu’au sein d’un couple on ne s’accouple plus, on se découple. Cela dit, ni les unes ni les uns n’en meurent.

Moi, ce qui me rend vrai­ment triste, c’est de pen­ser à la pauvre furette se mou­rant de n’avoir pas d’amant. Je suis trop sen­sible… C’est pour­quoi je ne me refuse jamais.

Et vous, vous pourriez lui dire non?
Et vous, vous pour­riez lui dire non?