Grosse ou maigre

Les pertes de Marie-Ange

Bon­jour,

Je vous admire éper­du­ment et j’ai envie de voir racon­ter mon his­toire. (… ) Plus je perds de poids et plus mon mari perd de sa cré­di­bi­li­té. Que faire pour lut­ter contre cet étrange phé­no­mène?

Marie-Ange B., Lau­sanne

Chère Marie-Ange,

Il s’agit du phé­no­mène des vases com­mu­ni­cants. Pour exemple des célé­bri­tés : JR ( Dal­las, son uni­vers impi­toyable…) buvait et c’est bien Sue Ellen, la pauvre, qui finis­sait en cure de dés­in­toxi­ca­tion. Idem pour Pame­la Ander­son, c’est son mari, Tom­my Lee, qui éclu­sait des hec­to­litres d’alcool et c’est elle qui finis­sait bour­rée (par qua­si tous les Ken-sau­ve­teurs de «Gros nichons sur la plage»). Il sem­ble­rait, par exemple, que Car­la Bru­ni ait déjà per­du 8 cm en taille et 40 points en QI, frap­pant, n’est-ce pas?
Mais d’où vient ce phé­no­mène me direz-vous, chère Marie-Ange? Eh bien, je ne le sais pas, par contre, j’ai l’impression qu’un peu de psy­cho­lo­gie nous éclai­re­rait car il s’agit d’être sub­tils, d’être un peu moins lourds que d’ordinaire, n’est pas, Marie-Ange ?

« Pour ne pas vivre seul
D’autres font des enfants des enfants qui sont seuls
Comme tous les enfants » Léo Ferré

Nous vivons notre pre­mier vase com­mu­ni­cant durant notre vie intra-uté­rine, sans le liquide amnio­tique, nous ne serions pas là pour en par­ler. Plus tard, il y a le ou la meilleur(e) copain(ine) d’école, on fait comme lui ou elle, même tenue, même bou­tons d’acnés, etc. Plus tard, la moni­trice scout à laquelle on aime­rait tel­le­ment res­sem­bler, car tous les regards des mâles en cha­leur se tourne vers elle. Et puis, il y a nos idoles, Mary­lin, Romy Schnei­der, James Dean, Céline Amau­druz, Robert Red­ford (cher­chez l’intrus)…Bref, on n’arrête pas de se com­pa­rer, de se fondre en l’autre, et c’est bien là que se situe le pro­blème; si l’être humain n’avait pas cette fâcheuse habi­tude de repro­duire des sym­bioses à tour de bras, il évi­te­rait cer­tai­ne­ment d’avoir des dif­fi­cul­tés à exis­ter de par lui-même et du coup, si j’en reviens à vous, votre mari ne serait donc pas obli­gé de chu­ter à la même vitesse que doivent glis­ser aujourd’hui vos pan­ta­lons sur vos che­villes. Donc, vous avez deux options : soit vous repre­nez vos qua­rante kilos en espé­rant que votre mari remonte la pente ou alors, vous lui pro­po­sez une démarche thé­ra­peu­tique (je sais, ça n’est pas bon mar­ché un thé­ra­peute, mais bon, j’ai cru com­prendre que votre reve­nu annuel devrait vous per­mettre une folie de temps en temps, non?).
Pas facile, mais comme vous le savez, Marie-Ange, la vie est une suc­ces­sion de pertes (de toutes les cou­leurs) à accep­ter. Cou­rage.

Les sites conseillés à Marie-Ange :
Quelques éclairages psychologiques de haut vol
Que faire de vos vêtements trop larges? Un don…
La recette du jour :
«Des queues de prunes : sucez des queues de prunes»
Kate (et Mickey) Moos

Laisser un commentaire