Grosse ou maigre

Les pertes de Marie-Ange

Bon­jour,

Je vous admire éper­du­ment et j’ai envie de voir racon­ter mon his­toire. (… ) Plus je perds de poids et plus mon mari perd de sa cré­di­bi­li­té. Que faire pour lut­ter contre cet étrange phé­no­mène?

Marie-Ange B., Lau­sanne

Chère Marie-Ange,

Il s’agit du phé­no­mène des vases com­mu­ni­cants. Pour exemple des célé­bri­tés : JR ( Dal­las, son uni­vers impi­toyable…) buvait et c’est bien Sue Ellen, la pauvre, qui finis­sait en cure de dés­in­toxi­ca­tion. Idem pour Pame­la Ander­son, c’est son mari, Tom­my Lee, qui éclu­sait des hec­to­litres d’alcool et c’est elle qui finis­sait bour­rée (par qua­si tous les Ken-sau­ve­teurs de «Gros nichons sur la plage»). Il sem­ble­rait, par exemple, que Car­la Bru­ni ait déjà per­du 8 cm en taille et 40 points en QI, frap­pant, n’est-ce pas?
Mais d’où vient ce phé­no­mène me direz-vous, chère Marie-Ange? Eh bien, je ne le sais pas, par contre, j’ai l’impression qu’un peu de psy­cho­lo­gie nous éclai­re­rait car il s’agit d’être sub­tils, d’être un peu moins lourds que d’ordinaire, n’est pas, Marie-Ange ?

« Pour ne pas vivre seul
D’autres font des enfants des enfants qui sont seuls
Comme tous les enfants » Léo Ferré

Nous vivons notre pre­mier vase com­mu­ni­cant durant notre vie intra-uté­rine, sans le liquide amnio­tique, nous ne serions pas là pour en par­ler. Plus tard, il y a le ou la meilleur(e) copain(ine) d’école, on fait comme lui ou elle, même tenue, même bou­tons d’acnés, etc. Plus tard, la moni­trice scout à laquelle on aime­rait tel­le­ment res­sem­bler, car tous les regards des mâles en cha­leur se tourne vers elle. Et puis, il y a nos idoles, Mary­lin, Romy Schnei­der, James Dean, Céline Amau­druz, Robert Red­ford (cher­chez l’intrus)…Bref, on n’arrête pas de se com­pa­rer, de se fondre en l’autre, et c’est bien là que se situe le pro­blème; si l’être humain n’avait pas cette fâcheuse habi­tude de repro­duire des sym­bioses à tour de bras, il évi­te­rait cer­tai­ne­ment d’avoir des dif­fi­cul­tés à exis­ter de par lui-même et du coup, si j’en reviens à vous, votre mari ne serait donc pas obli­gé de chu­ter à la même vitesse que doivent glis­ser aujourd’hui vos pan­ta­lons sur vos che­villes. Donc, vous avez deux options : soit vous repre­nez vos qua­rante kilos en espé­rant que votre mari remonte la pente ou alors, vous lui pro­po­sez une démarche thé­ra­peu­tique (je sais, ça n’est pas bon mar­ché un thé­ra­peute, mais bon, j’ai cru com­prendre que votre reve­nu annuel devrait vous per­mettre une folie de temps en temps, non?).
Pas facile, mais comme vous le savez, Marie-Ange, la vie est une suc­ces­sion de pertes (de toutes les cou­leurs) à accep­ter. Cou­rage.

Les sites conseillés à Marie-Ange :
Quelques éclairages psychologiques de haut vol
Que faire de vos vêtements trop larges? Un don…
La recette du jour :
«Des queues de prunes : sucez des queues de prunes»
Kate (et Mickey) Moos

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.