Que se passe-t-il chez les Schinken Pochon? (4)

A Ber­lin, Simon-Pierre n’a pas hési­té à se mêler aux jeux per­vers des homo­sexuels locaux afin de leur mon­trer la voie de la rédemp­tion chrétienne.

Simon-Pierre fait la courge

Jacques-André Schin­ken est pro­fes­seur d’histoire-géographie, il vote socia­liste, il a 56 ans. Nadège Pochon est psy­cho­logue, elle vote Vert Libé­ral, elle a 55 ans. Ils ont deux enfants, Simon-Pierre, 21 ans, étu­diant en droit, et Prune, 19 ans, artiste.

Quel magni­fique séjour j’ai pas­sé à Ber­lin! (Lire les épi­sodes pré­cé­dents) Avec Alain-Benoît, nous avons évan­gé­li­sé les homo­sexuels. Quelle belle mis­sion! Alain-Benoît est for­mi­dable, ter­ri­ble­ment intel­li­gent et si beau. «Pour mieux appro­cher ces gens, il faut leur res­sem­bler», nous avait expli­qué le pas­teur Gaël. Du coup, nous avons fait sem­blant d’être nous aus­si des invertis.

Membre des jeunes pro­tes­tants fon­da­men­ta­listes, Alain-Benoît a tou­jours don­né de sa per­sonne pour répandre la semence évangélique.

Comme le Christ, nous n’avons pas fait les choses à moi­tié. Si notre Sei­gneur s’est lais­sé cru­ci­fier pour nous, nous pou­vions bien nous aus­si faire quelques sacri­fices. Nous sommes ain­si allés dans les boîtes SM Gay où Alain-Benoît m’attachait à la croix de Saint-André. Il me fouet­tait le fesses, m’accrochait des pinces au bout des tétons, des poids aux tes­ti­cules et m’enfilait toute sortes de choses dans l’anus, dont sa main, jusqu’au coude.

Et puis maman a débar­qué à Ber­lin. Elle m’a expli­qué que papa l’avait quit­tée pour la secré­taire de sa sec­tion du par­ti socia­liste et que Prune vou­lait qu’elle se laisse mon­ter par un homme de cou­leur for­te­ment mem­bré. Du coup, j’ai dû m’en occu­per et Alain-Benoît a conti­nué seul la mis­sion. A force d’explorer les anus d’autres gar­çons, il est deve­nu dis­tant avec moi et a fini par m’annoncer que je n’étais qu’un fils à maman et qu’il avait recru­té un autre mis­sion­naire avec lequel il allait désor­mais conti­nuer la mission.

Je suis ren­tré en Suisse déses­pé­ré. Depuis, un grand vide m’habite; la main d’Alain-Benoît me manque. Maman est en mai­son de repos – elle a mal sup­por­té mes acti­vi­tés ber­li­noises; papa est à Bar­ce­lone avec sa nou­velle copine – pour convaincre les indé­pen­dan­tistes qu’ils ont tort; Prune est repar­tie en Cali­for­nie avec son ami de cou­leur – elle compte faire mou­ler son pénis et le com­mer­cia­li­ser comme sex­toy. Je me sens seul.

bicyclette
C’est en fai­sant de la bicy­clette que Prune a eu l’idée de réa­li­ser un sex­toy sur le modèle du sexe de son amant californien.

Heu­reu­se­ment, le pas­teur Gaël ne m’a pas aban­don­né. Il m’a invi­té à venir chez lui prier pour l’âme de tous les païens qui célèbrent Hal­lo­ween, cette fête dia­bo­lique, et ten­ter de les en éloi­gner. «Pour pas­ser inaper­çus, nous allons nous dégui­ser», m’a-t-il expli­qué. C’est un concept auquel il tient: pour lut­ter contre le démon, agis­sons comme lui. C’est très malin d’imiter le Malin pour mieux le combattre!

Musculation.
Jeune, le pas­teur Gaël a fait un peu de musculation.

Il m’a encou­ra­gé à enfi­ler une courge sur ma tête. Nous sommes sor­tis, je ne voyais presque rien car les trous étaient trop petits; nous nous sommes mêlés aux âmes per­dues. Nous allions son­ner aux portes du voi­si­nage, et plu­tôt que de deman­der des bon­bons nous nous age­nouil­lions et priions. Je dois bien avouer que nous n’avons pas eu de suc­cès, avons subi bien des quo­li­bets, les gens nous jetant des choses diverses et variées à la figure pour nous faire taire.

Lorsque nous fûmes de retour chez lui, le pas­teur Gaël m’a dit de gar­der la courge sur ma tête. «Et retire tes vête­ments, souillés par cette soupe avec laquelle t’a arro­sé une mécréante. Je vais d’ailleurs faire de même.» Je ne sais pas très bien ce qui s’est pas­sé ensuite. Le pas­teur a enton­né des psaumes et j’ai sen­ti le vide en moi être com­blé par une pré­sence chaude et pal­pi­tante. C’était comme lorsque j’étais sur la croix de Saint-André à Ber­lin: je me sen­tais comblé.

Laisser un commentaire