Sexe oral, capotes encombrantes, chèvres lubriques

Actu Q.
Au cam­ping, à la plage ou en pic-nic, l’Actu Q est tou­jours une agréables lec­ture.

«Nous savons  très bien que Mélis­sa ne se conten­te­ra jamais d’un seul orgasme. C’est une gour­mande, une vorace de plai­sirs sexuels et elle sait obte­nir ce qu’elle veut», «Du fan­tasme à la réa­li­té», par Ekke­ko, sur le site Reve­bebe 

 Les chrétiens évangéliques sont dangereux

Yowe­ri Muse­ve­ni est le pré­sident de l’Ouganda depuis 32 ans. Il est chré­tien évan­gé­lique, comme ce sale type de Jim Gar­low, le pas­teur pré­sent lors de l’inauguration de l’ambassade amé­ri­caine à Jéru­sa­lem. On ne dira jamais assez le dan­ger que repré­sentent les chré­tiens évan­gé­liques et leur idéo­lo­gie mora­li­sa­trice. En 2014, le pré­sident ougan­dais tente de faire pas­ser une loi qui condam­ne­rait à mort les homo­sexuels réci­di­vistes. La cour consti­tu­tion­nelle ougan­daise l’en empêche et il doit se conten­ter d’une peine de pri­son à vie pour les pra­tiques homo­sexuelles. Aujourd’hui, le voi­là qui met en garde les Ougan­dais contre les dan­gers du sexe oral, qu’il veut inter­dire, explique La Dépêche maro­caine. «La bouche est faite pour man­ger, pas pour le sexe. Nous connais­sons l’adresse du sexe, nous savons où il se trouve (…) Vous met­tez votre bouche là-bas, vous pou­vez en res­sor­tir avec des vers et ils entrent dans votre esto­mac parce-que ce n’est pas la bonne adresse», a expli­qué l’évangélique pré­sident. Je ne sais pas ce que lui, il met dans sa bouche, mais ce qui en sort est tout à fait répu­gnant.

Yoweri Museveni, le président ougandais.
Yowe­ri Muse­ve­ni, le pré­sident ougan­dais. Un chré­tien évan­gé­lique de la pire espèce.

Comment recycler les préservatifs?     

Le tra­vail est non seule­ment dan­ge­reux pour la san­té men­tale et phy­sique de qui s’y adonne, mais en plus ça génère des déchets par­fois encom­brants. A Le Creu­sot, une com­mune fran­çaise de la région Bour­gogne-Franche-Com­té, la cana­li­sa­tion d’un immeuble était bou­chée et il a fal­lu la démon­ter, explique Creu­sot Infos. «Et là, oh sur­prise, c’est par une bonne cen­taine de pré­ser­va­tifs que la cana­li­sa­tion était bou­chée.» Ceux qu’une pros­ti­tuée, offi­ciant dans l’immeuble, jetait négli­gem­ment dans les WC une fois son ouvrage accom­pli. «Offi­ciel­le­ment, au regard des infor­ma­tions qui ont été por­tées à la connais­sance de creu­sot-infos, il n’y aura pas de recherche ADN pour déter­mi­ner qui étaient les clients de la belle», annonce Creu­sot Infos, qui pré­cise «on ne sait tou­jours pas si les pré­ser­va­tifs doivent être clas­sés, pour le tri sélec­tif, au rang des fer­men­tes­cibles ou bien avec les conte­nants. Les experts du tri n’ont pas tran­ché la ques­tion qui devrait encore faire débat pen­dant long­temps. Mais une chose est cer­taine, dans la Com­mu­nau­té Urbaine Le Creu­sot — Mont­ceau, ils ne doivent pas être jetés dans les toi­lettes. Ils doivent aller dans la pou­belle jaune ou dans la pou­belle noire…»

Préservatifs.
Une bonne cen­taine de pré­ser­va­tifs bou­chait une cana­li­sa­tion à Le Creu­set. Preuve que les affaires de la pros­ti­tuée res­pon­sable des dégâts sont flo­ris­santes.

Elles forniquent sous les yeux des passants!

«Depuis plu­sieurs semaines, la ville d’Ennis, en Répu­blique d’Irlande, est en état de siège. Les assaillants ont enva­hi rues et par­kings, et for­niquent bruyam­ment sous les yeux des pas­sants, qui pressent le pas pour ne pas ris­quer d’attirer la horde.» On dirait le début d’un pulp, un de ceux qu’éditent les Edi­tions Lubric-à-brac Pro­duc­tions et que je vous encou­rage vive­ment à com­man­der ici. Sauf que ces enva­his­seurs for­ni­ca­teurs sont des chèvres sau­vages, nous apprend le site Ulyces Epic, repre­nant une nou­velles publiées par The Inde­pen­dant. Des chèvres sau­vages qui «montent sur le toit des voi­tures et se grimpent des­sus toute la nuit», déplo­rait le maire d’Ennis, Tom McNa­ma­ra. Ces lubriques et sym­pa­thiques ani­maux seraient 22 à for­ni­quer en ville et la mai­rie aime­rait bien s’en débar­ras­ser, mais «les habi­tants de la ville du com­té de Clare ne sou­haitent pas qu’on leur fasse du mal», gloire à eux!

Chèvres.
Les chèvres for­ni­ca­trices irlan­daises.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.