Soyeux Noël!

tumblr_msy70q2uus1rsj72ao1_500

Pour un éro­to­mane, Noël n’est vrai­ment pas une fête. Mal­gré les boules et les bou­gies, mal­gré la dinde far­cie. Ce jour-là est célé­brée la nais­sance d’un enfant dont la concep­tion se fit sans vit. Sans corps se frot­tant, sans langues s’entremêlant, sans gémis­se­ments, sans fluides cor­po­rels échan­gés. Sans vulve amou­reu­se­ment péné­trée, sans cli­to­ris choyé, sans jus de couilles. Sans sexe. Quelle manière peu catho­lique d’opérer, serait-on ten­té de dire, si ce n’est qu’en l’occurrence, la for­mule est par­ti­cu­liè­re­ment inadé­quate. Et c’est peut-être pour ça que le papa du petit Jésus l’a ensuite sacri­fié. Il n’y était pas atta­ché, n’ayant trou­vé aucun plai­sir à le conce­voir. Même cette tra­gique fin n’est pas éro­tique. Ce n’est pas le pal – ce sup­plice qui com­mence si bien et finit si mal, a dit Coc­teau – qui fut uti­li­sé pour le mar­tyr de J.-C., mais la croix, où il fut cloué comme une chouette sur une porte de grange.

Non, déci­dé­ment, Noël n’a rien pour me plaire. Je ne vous le sou­haite donc pas bon. Ou alors soyeux, comme les poils qui ornaient la vulve des femmes et leurs ais­selles avant que la mode épi­la­toire ne sac­cage ces émou­vants ter­ri­toires.

Et pour rem­pla­cer les habi­tuels chants insi­pides qu’il est cou­tume d’entonner, voi­là la troi­sième chan­son d’Henri Fesse, Mon amour est en avance.

avance

Cela fera tout son effet sous le sapin, où tout ce que je sou­haite, c’est que ça pine.

tumblr_mn9nyjkxt51rp10ico1_500