Patriarcat, pénétration, dans les airs

«J’ai frot­té ma petite chatte encore toute engour­die par l’orgasme contre la sienne, que j’ai trou­vée velue et trem­pée. (…) Nous avons conti­nué une bonne par­tie de la nuit, n’interrompant nos ébats que pour remettre une bûche dans le feu» Marie-Pierre, 40 ans, Bisch­heim, dans le der­nier Union Une étude cré­tine de plus sur la por­no­gra­phie  Ce n’est ni la pre­mière ni la der­nière, mais ce … Conti­nuer de lire Patriar­cat, péné­tra­tion, dans les airs

La pornographie, c’est bon pour la santé!

«J’ai hoché la tête, un petit pin­ce­ment de jalou­sie au cœur. Etais-je prête à lais­ser la queue de mon mari s’aventurer dans la bouche d’une autre? Pas le temps de ter­gi­ver­ser: déjà, la blonde avait sai­si la bête et s’appliquait à téter le gland épais.» Sabri­na, 40 ans, Brest, dans le Union du mois de juin N’écoutez pas les sexo­thé­ra­peutes  Si on éta­blis­sait un top 10 des … Conti­nuer de lire La por­no­gra­phie, c’est bon pour la santé!

BD-Cul, BDSM, BD bof

L’éjaculation peut être sen­ti­men­tale «J’ai un poil de carotte entre les dents»: c’est sur cette fausse épi­graphe de Jules Renard que s’ouvre L’éjaculation sen­ti­men­tale, de Was­sim, le der­nier opus de la col­lec­tion BD-Cul des Requins Mar­teaux. Il s’agit de l’histoire de trois copains, Sasha, Théo et Louis, s’apprêtant à vivre une sym­pa­thique soi­rée, faite de drogues et de sexe. Mais tout com­mence mal, avec l’arrivée d’une … Conti­nuer de lire BD-Cul, BDSM, BD bof

Enfumage médiatique, enfumage bis, greffe de pine

«Il m’aspergea les seins de sperme dans un grand cri : “Prends mon foutre sur tes nibards!” Je me deman­dais si cela serait tout, mais j’espérais que non, car ma chatte était en feu, com­plè­te­ment trem­pée. San­drine, dans le der­nier Union Tout et son contraire  «Pour­quoi les occi­den­taux voient-ils leur libi­do bais­ser par rap­port au reste du monde?», titre Science Post. Les rai­sons de cette soi-disant … Conti­nuer de lire Enfu­mage média­tique, enfu­mage bis, greffe de pine

Christophe Bier.

Les inconvenantes obsessions de Christophe Bier

Il y a les modes. Un engoue­ment pro­vi­soire, mis en scène dans les médias, se répan­dant sur les réseaux pré­ten­du­ment sociaux. Films, livres, auteurs, poli­ti­ciens, acteurs, musiques, musi­ciens, vête­ments, coif­fures, res­tau­rants, idéo­lo­gies, com­por­te­ments, pré­si­dents de la répu­blique… Ça fait beau­coup de bruit, ça s’agite, ça s’auto-congratule, ça fas­cine les foules ébau­dies, les petits-bour­­geois éba­his, ça pschiit, ça mousse, et puis c’est rem­pla­cé par un autre … Conti­nuer de lire Les incon­ve­nantes obses­sions de Chris­tophe Bier

Actu Q

Odeurs, aïe!, parano

«Je lui dévo­rai le sexe et me délec­tai de son nec­tar d’abricot. J’en pro­fi­tai éga­le­ment pour lui cares­ser l’œillet. Elle jouit encore», e9069@outlook.fr, dans le der­nier Union Ça sent le cul De manière géné­rale, les odeurs ont une grande impor­tance pour nous, mam­mi­fères sapiens. On renifle l’atmosphère, la nour­ri­ture, le vin et nos par­te­naires sexuels. Sauf qu’aujourd’hui on a plu­tôt ten­dance à mas­quer les odeurs «natu­relles» … Conti­nuer de lire Odeurs, aïe!, parano