Soirée entre amis.

Vagin gonflable, sport et sexe font bon ménage, du muscle

Soirée entre amis.
Les soi­rées entre amis ou en famille peuvent être ennuyeuses. Sauf si vous lisez tous ensemble l’Actu Q.

«Le beau gosse s’est mis à me par­ler en ita­lien tout en me pal­pant le cul de sa main libre. J’ai com­men­cé à ondu­ler pour mieux sen­tir ses doigts et un bruit de ven­touse est mon­té de mon entre­jambe», Joya, dans le der­nier Union 

Les femmes ne sont pas des trompettes

Qu’est-ce qui vous passe par la tête lorsque vous êtes devant un vagin? Quelles envies vous prennent? Pour cer­taines per­sonnes, la réponse est: «souf­fler dedans». Et il paraît que ça peut être dan­ge­reux, nous apprend Mademoizelle.com, selon qui cette pra­tique pour­rait faire pas­ser des bulles d’air dans le sys­tème san­guin et cau­ser une embo­lie mor­telle. Mais: «Pour que ce soit ris­qué, la per­sonne qui souffle dans le vagin de l’autre devrait englo­ber l’entrée du vagin avec ses lèvres pour empê­cher l’air de res­sor­tir. Elle devrait aus­si souf­fler long­temps, plu­sieurs minutes.» Sur le site Atlan­ti­co, j’ai trou­vé une autre expli­ca­tion: «Pour pro­vo­quer le grand fris­son, cer­tains pra­tiquent une puis­sante insuf­fla­tion dans le vagin de leur par­te­naire. Cela peut par­fois se com­pli­quer d’un pneu­mo­pé­ri­toine (…). Le pneu­mo­pé­ri­toine est la pré­sence, anor­male, d’air dans la cavi­té abdo­mi­nale. L’air passe du vagin à l’utérus et remonte par les voies ana­to­miques natu­relles, les trompes de Fal­lope, dans la cavi­té abdo­mi­nale.» Ce qu’il faut peut-être expli­quer à celles et ceux qui ont pour réflexe de souf­fler dans les vagins, c’est la dif­fé­rence entre une pou­pée gon­flable et une vraie femme.

Trompette.
Souf­flez dans le vagin des femmes, même avec un ins­tru­ment à vent, peut lui être désa­gréable. (La pho­to est celle de la pochette d’un disque que vous pou­vez écou­ter ici).

Baiser avant un match, c’est bien (après et pendant aussi)     

Il est cou­rant qu’avant un match de foot impor­tant l’entraîneur inter­dise toutes rela­tions sexuelles à ses joueurs. Ce qui pour­rait expli­quer en grande par­tie la stu­pide agres­si­vi­té des foot­bal­leurs pro­fes­sion­nels et leur cré­ti­ne­rie géné­rale. Eh bien, cette inter­dic­tion n’est pas fon­dée, explique Slate. «Deux cher­cheurs cana­diens, Saman­tha McGlove et Ian Shrier, ont sou­hai­té véri­fier si réel­le­ment le sexe avant la com­pé­ti­tion pro­vo­quait une méforme phy­sique voire une chute de com­pé­ti­ti­vi­té. (…) Ils ont sui­vi une cen­taine de spor­tifs pro­fes­sion­nels et ama­teurs, dans de nom­breuses dis­ci­plines dif­fé­rentes, allant du ten­nis à la course à pied en pas­sant par le foot­ball et le bas­ket, pen­dant plu­sieurs années. Ils se sont sur­tout foca­li­sés sur leur consom­ma­tion de sexe avant, pen­dant et après un tour­noi ou une com­pé­ti­tion impor­tante. (…) Résul­tat: faire l’amour avant n’altère en rien l’endurance et la force phy­sique.» Quant au méde­cin andro­logue Emma­nuel Jan­ni­ni, de l’Université d’Aquila (Ita­lie), il pense que le sexe est utile à l’activité spor­tive et sug­gère «un rap­port sexuel com­plet et satis­fai­sant la veille d’un match». Enfin une bonne rai­son de se mettre au sport.

Ping-pong.
Jeanne-Ursule et Urs-Ray­mond jouent au ping-pong à un très haut niveau et rem­portent bien des tour­nois. Il faut dire qu’ils ne manquent pas une occa­sion de cho­ser entre deux matchs.

Mieux que la course à pied

Non seule­ment le sexe n’est pas mau­vais pour les spor­tifs mais en plus il peut per­mettre de se mus­cler. C’est du moins ce que pré­tend Flair: «Opti­mi­ser les câlins, com­bi­nez sexe et mus­cu! Faire l’amour est un vrai sport. Il fait tra­vailler tous les muscles du corps et c’est bien plus agréable que d’aller cou­rir dehors. Alors, par ce temps plu­vieux, res­tez sous la couette!» Voi­là un conseil que je vais suivre à la lettre!

Musculation.
Plu­tôt que de sou­le­ver de la fonte pour se mus­cler, ce jeune homme ferait tout aus­si bien de bai­ser un peu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.