Il n’y a pas de mauvaises périodes

Les femmes sont désirables en toutes saisons.
Les femmes sont dési­rables en toutes sai­sons.

Je ne vou­drais pas don­ner l’impression de me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais je suis par­fois inter­lo­qué par la manière dont cer­taines femmes consi­dèrent leur sexe. Comme une chose sale et ines­thé­tique. Les petites lèvres ne devraient pas dépas­ser, le poil être éra­di­qué, la vulve déso­do­ri­sée. Pas de goût, pas de sen­teur.
Bien sûr, elles font ce qu’elles veulent de leur vulve, mais je crains que par­fois leurs choix soient dic­tés par les normes de l’époque plus que par leur libre arbitre.

Ragnagna

J’ai ain­si été très déso­lé de trou­ver sur le site La vie liber­tine un article van­tant les ver­tus de «tam­pons sexe». «N’y allons pas par quatre che­mins: pas de fil dis­gra­cieux et sur­tout, pas d’inconvénients pen­dant la péné­tra­tion. On n’y voit que du feu, si j’ose dire. L’arme abso­lue pour la liber­tine qui veut res­ter coquine, même en cas d’imprévu», explique Esther.
Vous l’avez com­pris, il s’agit de tam­pon que les femmes devraient por­ter pour pou­voir être péné­trées lorsqu’elles ont leurs règles . Quelle drôle d’idée, quelle misère.

tampons-libertinage-3

Les "tampons sexe".
Les “tam­pons sexe”.

Le sang mens­truel n’a rien de dégoû­tant, et lorsque je vois mon zizi res­sor­tir tout rouge, ça me fait tou­jours rire (on dirait un clown). Cette période apporte éga­le­ment quelques inté­res­santes varia­tions aro­ma­tiques aux gas­tro­nomes auda­cieux, des sen­teurs fortes et pro­fondes.

D’autres sensations

Sur­tout, qui a dit qu’une femme, pour être liber­tine et coquine, devait rece­voir le pénis dans son vagin? Si elle n’en a pas envie, pour quelque rai­son que ce soit, elle a d’autres choix. La sodo­mie? Certes, mais pas que. Allons mes­dames, un peu d’imagination, il n’y a pas que la péné­tra­tion!
Celles qui ont leurs règles et ne veulent pas que l’on s’approche de leur vulve, tout en sou­hai­tant mal­gré tout s’envoyer en l’air, peuvent pro­po­ser d’autres jeux éro­tiques, offrir leurs seins aux caresses, leurs fesses, leur bouche, leurs ais­selles. Elles peuvent se lais­ser lécher par­tout, sauf là, et se sera tout aus­si liber­tin, tout aus­si coquin. Quant à nos pines, elles aus­si appré­cient d’autres sen­sa­tions que celles res­sen­ties dans le velou­té four­reau fémi­nin; sans oublier que les hommes n’ont pas qu’une zone éro­gène, qu’il y a d’autres endroits où nous appré­cions que vous met­tiez la langue ou la main.

Bon sang, libé­rons-nous des normes, des dik­tats et des codes sociaux! Libé­rons-en nos sexes! Lorsque le désir est par­ta­gé, rien n’est sale, ni laid, ni dégoû­tant.

Les femmes ont bien d'autres trésors à offrir que leur seul vagin.
Les femmes ont bien d’autres tré­sors à offrir que leur seul vagin.
Et les hommes d'autres zones érogènes que leur pénis.
Et les hommes d’autres zones éro­gènes que leur pénis.